[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] []
[Accueil]
[Page 1]

Retour accueil

Le Mandarin Gris       (Frédéric BIVERT Juge CNJF.OMJ)

Le Mandarin Gris par

Le mandarin gris reste un problème pour la majorité des éleveurs.

Comment se procurer cette denrée rare ? En effet, nous ne possédons pas suffisamment de gris classique en France, de bonne qualité.


Dautres pays, comme les Pays-Bas, ont beaucoup plus de sujets en classiques. Cest pourtant avec cet oiseau que nous allons réaliser les porteurs pour nos mutations. Le gris de nos élevages ne ressemble pas à loiseau sauvage que nous trouvons en Australie. Il est plus gros, avec des couleurs différentes, surtout pour les joues et le dos. Le mandarin sauvage possède une quantité deumélanine brune sur le dos. Notre standard demande par contre une disparition totale de ce brun sur le dos. Notre gris est dominant sur toutes les couleurs récessives. Le gris doit avoir un dos de couleur gris ardoise, très foncée sapprochant de lanthracite, cest une des principales difficultés. Les joues et les flancs sont également de couleurs intensives.  Les dessins correspondent au standard de structure du type classique. La barre de poitrine doit être bien dessinée, cest un défaut rencontré en exposition. Les dessins de zébrures sont nets et intenses. Les dessins de couvertures de queue doivent être réguliers et doivent se terminer par du noir. Un décalage de ces dessins nest pas souhaité et correspond au signalement dun oiseau non pur. Il reste la couleur du ventre, qui doit tendre vers le blanc. Il est pratiquement impossible davoir ce ventre blanc.


Certains éleveurs ont réalisé des accouplements avec le dos pâle gris. Les gris porteurs ont effectivement le ventre blanc, mais les joues et les flancs plus clairs. Le dos est nettement plus clair, avec des ourlets blancs sur le bord des rémiges. La tête est également trop claire. La tête doit également posséder des petits dessins très fins, mais très important pour la réalisation de certaines mutations. Le travail avec le dos pâle nest donc pas satisfaisant. Le travail avec le brun doit pouvoir enrichir loiseau en phaéomélanine, mais la sélection doit être sévère. Laccouplement se fera avec un mâle gris sur une femelle brune. Seules les femelles seront conservées. Le travail de gris par gris reste la solution idéale. Il faudra réaliser les couples en fonction des intensités des couleurs de dos. Si lon observe des gris dans une volière, nous sommes attirés par les plus foncés, mais il existe plusieurs intensités de couleur de dos.


Cest un art de bien accoupler ce type doiseau. Il faudra également faire attention aux dessins. Utiliser les défauts de certaines femelles, comme par exemple, les rejets dans la poitrine pour améliorer les barres de poitrines des mâles. Egalement la largeur de certains traits de larme à accoupler avec des oiseaux aux traits de larmes plus fins. Lessentiel est de bien associer ces dessins.





















Quelques accouplements :


1)         Mâle gris X Femelle grise

            100 % de gris 


2)         Mâle gris X Femelle brune

            50 % Mâle gris / brun

            50 % Femelle grise