Le Brun

La couleur brune est certainement la première modification de la couleur sauvage. La toute première mention date de 1927. Ce n’est que vers 1950 que cette couleur apparaît en Belgique et aux Pays Bas. A l’époque, ce mandarin s’appelait « fauve ». Il faut rappeler que le mandarin sauvage de couleur grise possède les deux pigments gris et brun et que nous fabriquons les oiseaux dans ces deux séries. La transformation de la couleur grise en brun, car c’est bien une transformation, se caractérise en une modification de l’eumélanine noire qui s’oxyde en eumélanine brune. La transmission est liée au sexe. La difficulté sera de ne pas avoir d’oiseaux avec la tête de couleur grise. Notre standard exige une couleur chaude aussi foncée que possible. Il est important d’avoir un maximum de concentration d’eumélanine brune et de phaéomélanine. La couleur idéale pour les sujets d’exposition sera une combinaison avec un maximum de phaéomélanine associé à une quantité dosée d’eumélanine. Il est possible de commencer avec un mâle Gris possédant du brun dans le dos avec un ventre très brun que nous accouplerons à une femelle Brune. De cet accouplement, nous garderons les mâles Gris porteur de Brun avec une forte concentration de brun dans la région anale. L’accouplement suivant sera l’assemblage d’un mâle porteur sur une femelle Brune et nous obtiendrons des oiseaux avec un brun amélioré notamment pour les femelles. L’inconvénient de cet accouplement est que les mâles auront la tête grisâtre, donc seront mauvais pour les expositions. Le meilleur résultat est certainement l’accouplement d’un mâle Brun avec une femelle Grise ayant beaucoup d’incrustations brunes dans le dos et un ventre le plus chaud possible. Nous conserverons les mâles Gris porteur de Brun. La saison suivante, nous accouplerons deux frères porteurs sur la même femelle, ensuite nous accouplerons les demi-frères aux demi-sœurs pour donner naissance à une génération de très bons Bruns. La sensibilité des différentes nuances de brun doit être observée avec sérieux. Ce n’est pas en accouplant deux Bruns très intensifs entre eux que nous aurons les meilleurs résultats. La concentration de brun s’observe au niveau du croupion et de la région anale. Il est souhaitable d’avoir des oiseaux avec aussi une grande quantité de phaéomélanine.

On peut constater dans cette couleur deux problèmes. Les oiseaux de la série brune sont sujets à des diarrhées beaucoup plus que les oiseaux de la série Grise. Autre problème l’influence de la lumière naturelle sur la couleur. Il est préférable d’avoir des Bruns sous éclairage artificiel pour préparer des oiseaux d’exposition, et éviter des modifications de pigmentation.

Quelques accouplements :

1)  Mâle Gris X Femelle Brune

  50 % Mâle Gris / Brun

  50 % Femelle Grise

2)  Mâle Brun X Grise

  50 % Mâle Gris / Brun

  50 % Femelle Brune

3)  Mâle Brun X Femelle Brune

  100 % brun