[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] []
[Accueil]

Retour accueil

Les causes du Mélanisme       (Olivier RONIN)

Le Mandarin Gris par

 Ces quelques lignes font suite à la parution de différents articles relatant des cas de mélanisme chez le Diamant mandarin. Il m’a semblé alors intéressant de rappeler divers facteurs incriminés dans le cas de ce phénomène qui consiste en une surproduction de mélanine et qui peut être de deux ordres :

1) Origine génétique :

On a à faire à une mutation, dans ce cas là elle est définitive et transmissible (dominante, récessive libre ou liée au sexe).                                                                                                                                                                    

2) Origines non génétique :

Phénomène transitoire disparaissant souvent après la mue et suppression  des causes ayant provoqué le mélanisme.

- Le stress :


Un stress peut déclencher au niveau de l’hypophyse* la sécrétion d’une hormone (la corticostimuline) qui augmente la synthèse de mélanine. Facteurs pouvant déclencher un stress chez l’oiseau : cage trop petite, mal exposée, endroit bruyant et/ou trop passager, densité d’oiseaux trop grande.   


- Qualité et Durée de l’Eclairage :


Le nombre et l’intensité des sources lumineuses doit être adapté au volume de la pièce et leur spectre le plus proche possible du spectre naturel. Rien de meilleur que la lumière naturelle mais souvent on est obligé de compléter par un éclairage artificiel que l’on doit donc choisir avec soin.

Si la lumière naturelle est insuffisante et/ou que l’éclairage artificiel n’est pas adapté, le manque de rayons UV de type B perturbe le cycle d’un certain nombre d’éléments (vitamine D3, calcium…), et aboutir au mélanisme, c’est une réaction en chaine.

Certains oiseaux sont plus sensibles que d’autres à la variation de la durée d’exposition à la lumière et entrainer la sécrétion au niveau de l’épiphyse* d’une hormone (la mélatonine) qui induit le mélanisme.


- Alimentation :


Le régime alimentaire du Diamant mandarin est certes simple mais suffisamment varié (graines, pâtées, verdure, fruits, minéraux+vitamines) pour  ne pas provoquer normalement de déséquilibre. Néanmoins  on n’est jamais à l’abri d’un dosage inadapté, d’un oubli ou d’un ennui, comme par exemple une mauvaise conservation des aliments qui entraine une perte des valeurs nutritives, celles-ci pouvant provoquer des carences alimentaires à l’origine du mélanisme.

Au niveau de l’alimentation on a ainsi pu mettre en évidence différents phénomènes 

. Calcium : cet élément est surtout connu pour son importance au niveau du squelette et de la fabrication de la coquille d’œuf mais il a aussi d’autres rôles. En effet un manque entraine une activation hormonale qui déclenche des effets similaires à ceux   provoqués par un défaut du spectre lumineux.

. Fer : une trop forte concentration modifie le taux d’une série d’éléments agissant sur le fonctionnement de la tyrosinase, enzyme fondamental de la mélanogénèse, et entraine une surproduction de mélanine.

A signaler la présence sur le marché de produits ‘activateurs de la mélanine’ que l’on incorpore à l’alimentation, mais ne les ayant jamais utilisés je ne peux me prononcer sur leur valeur.

. A noter la parution d’articles impliquant la graine de chènevis (Cannabis sativa), graine très riche en huiles, dans l’apparition de cas de mélanisme chez les oiseaux.

L’apparition de  certains symptômes peut ne pas être que la conséquence d’une déficience mais celle de la dérive de la suralimentation, le dépassement des besoins pouvant avoir des effets pervers et contraires à ceux recherchés, ainsi une hypervitaminose A peut provoquer des lésions oculaires.

L’alimentation doit être raisonnée, raisonnable, équilibrée.


- Autres facteurs :


Certains impliquent notamment d’autres facteurs hormonaux dans la mélanisation chez les oiseaux, on peut en citer deux : la LH (Hormone lutéinisante) et la Thyroxine (T4).

 

Conclusion :


A chaque fois qu’un incident se produit on ne doit pas forcément incriminer une infection bactérienne, virale, fongique ou parasitaire, qu’il ne faut certes pas oublier et savoir traiter rapidement, mais penser aussi aux conditions d’élevage (logement, alimentation, environnement, conditions climatiques…). Hygiène, rigueur, patience et observation doivent être les maitres mots qui nous guident en permanence dans la pratique de notre hobby.

Toutes les informations complémentaires sont les bienvenues.


* Hypophyse et Epiphyse :


  Glandes endocrines qui sécrètent des hormones régulant de nombreuses fonctions de l’organisme.

 

  - Hypophyse : petite glande située dans le crâne, à la base du cerveau et constituée de deux lobes.

  - Epiphyse : ou glande pinéale. A la face postérieure du diencéphale (partie du cerveau située entre les 

                      deux hémisphères).





Ci-contre femelle grise poitrine noire mélanisée (Photo et Elevage F.BIVERT)